Créée à l’initiative de Simone de Beauvoir, première Présidente de l’Association, SOS Femmes Alternative a ouvert le premier foyer d’hébergement en France pour femmes battues.

 

Des femmes souffrent quotidiennement des violences exercées contre elles par des hommes. Elles n’ont droit ni à l’individualité, ni à l’autonomie et sont, au contraire, niées dans leur existence.

 Les violences sont l’expression de cette négation et de la volonté de considérer les femmes comme de simples objets.

Nous voulons participer à l’aménagement d’une société dans laquelle hommes et femmes auront droit, l’un et l’autre, à la reconnaissance de leur propre existence. L’homme et la femme méritent le respect et ont droit à vivre dans la dignité, ce qui implique notamment que l’homme n’exerce plus de contraintes physiques et morales sur sa compagne.

Face à la violence dont les femmes font l’objet, il convient de leur donner une aide technique et des possibilités d’échapper à cette violence quotidienne, dont leurs enfants subissent inévitablement les traumatismes à vie.

L’association se propose donc d’avoir un rôle préventif sur les conséquences sociales de la violence exercée en privé, dans les familles et sur les femmes et enfants.

En 1978, SOS Femmes Alternative ouvre un premier lieu d’accueil pour femmes victimes de violences conjugales à Clichy, sous statut CHRS. Ce centre s’installera à Chatillon en 1986, il y est toujours.

TF1 Actualités 22 avril 1978 20H (INA)